USS Tarawa LHA-1 (1976)

USS Tarawa LHA-1 (1976)

A partir des années 1940, les porte avions de plus en plus gros devinrent les maîtres des océans.

Technologie

Mots clés

Tarawa, porte-avion, cuirassé, marine, pont, tour de contrôle, localisateur, radar, piste, grue, opération militaire, marin, attaque, hélicoptère, Pearl Harbor, avion, Harrier, Cobra, transport, technologie

Extras similaires

Scènes

Porte avion

Les maîtres des océans: les porte-avions

Les premiers porte-avions sont apparus durant la Première Guerre Mondiale. Ces navires ne transportaient que des hydravions, qui étaient déposés sur l’eau par des grues. Les porte-avions modernes ont évolué à partir de ceux ci, et, lors de la Seconde Guerre Mondiale, ils étaient devenus les maîtres des océans. Ces porte-avions étaient capables de lancer des avions grâce à leurs trains d’atterrissage.

Les super porte-avions sont apparus dans les années 1950. Ces énormes navires mesurent environ 300m de long et ont un déplacement de 90 000 tonnes.

Les porte-avions nucléaires, développés vers la fin des années 1950, ont une portée quasi illimitée. Il y a de nombreux types de porte-avions, regroupés en classes. La plus grande flotte de porte avions actuelle comporte 10 porte-avions de classe Nimitz et appartient à la marine américaine. Ces porte-avions font 340m de long et 78m de large, avec un déplacement de plus de 100 000 tonnes. Ils fonctionnent grâce à deux réacteurs nucléaires et 4 turbines à vapeur. Leur vitesse maximale est d’environ 30 noeuds ou 60 km/h.

En plus de transporter une grande diversité d’armes (canons, lance-missiles), ils sont aussi capables de transporter 100 hélicoptères et avions de chasse. Leur équipage est composé d’environ 5000 à 6000 marines et membres de l’armée de l’air. Les porte avions américains les plus connus sont l’​USS Nimitz (1975), l’​USS Enterprise (1960) et l’USS Eisenhower (1975).

USS Nimitz

Vue de dessus

Forme et structure

La conception du navire sert deux objectifs de base: fournir de la stabilité et un vaste pont aux avions qui décollent et atterrissent.

La superstructure d’un porte-avions est appelée la tour de contrôle. Le haut de celle-ci est flanquée de radars, d’antennes et autres instruments de communication et de navigation. Au dessous, il y a le Centre de Contrôle de vol primaire et la passerelle, le centre de commande du bateau. Le pont des avions est au niveau 0. Il fait généralement entre 200 et 300m de long et 70-80m de large. Au dessous, on retrouve le pont hangar principal (niveau -1) où les avions et autres équipement militaire sont stockés.

Le niveau du dessous (niveau -2) est occupé par le centre de direction de combat. Les salles des machines et de stockage sont sur les ponts inférieurs. Il y a de nombreux ascenseurs dans le navire, pour les avions, les armes, les marchandises et l’équipage.

La cuisine, la salle à manger et les quartiers de repos sont aussi des parties importantes du bateau. Les ponts hangar sont séparés en baies de stockage par des cloisons amovibles. L’armement du porte-avions est installé sur le pont supérieur ou imbriqué dans la coque. Les canots de sauvetage y sont également stockés.

USS Eisenhower

Pont

Equipage et équipement: la vie sur le bateau

Les porte-avions modernes sont généralement désignés « forteresses flottantes » ou « villes flottantes ». Avec leur équipage de 5000 à 6000 personnes, cet épithète est bien mérité. Le travail le plus important et le plus dangereux effectué sur un porte-avions se déroule sur le pont d’envol. Les membres d’équipage qui y travaillent ont un énorme responsabilité: ils assistent le lancement et l’atterrissage des avions, installent des missiles et des bombes sur ceux ci.

Ils font sortir les avions des hangars via des ascenseurs spéciaux. La communication est principalement effectuée via des signaux manuels, qui forment une langue des signes unique. Le travail sur le pont d’envol nécessite une précision et une coordination incroyables, car les avions décollent et atterrissent rapidement à une cadence élevée dans un espace restreint, et en toutes conditions météorologiques. L’approvisionnement en nourriture d’un équipage de 3000 à 4000 membres est également un défi. Des tonnes de viandes et de légumes sont cuisinés chaque jours dans les coqueries. La centrale de désalinisation embarquée produit un million de litres d’eau potable par jour.

Structure

  • tour de contrôle
  • localisateur
  • radar
  • catapulte
  • piste
  • grue
  • pont hangar
  • mitrailleuse anti-aérienne
  • instruments de télécommunications
  • canots de sauvetage
  • pont du coffre
  • avion de chasse Harrier
  • hélicoptère militaire Cobra
  • hélice

Décollage et atterrissage

Point critique numéro 1 : le décollage

Les avions sont lancés depuis les porte-avions par des catapultes à vapeur. Une catapulte à vapeur comporte une piste construite sur le pont d’envol, qui est au dessous un gros piston attaché à des crochets sur le fuselage grâce à une élingue (sur les modèles anciens) ou une barre métallique « rétractable ». Lors du lancement, la barre métallique tient l’avion en place pendant que la pression s’emmagasine, puis se relâche, ce qui permet au piston de tirer l’avion le long du pont. Les catapultes fonctionnent généralement grâce à la vapeur à haute pression servant aussi à faire fonctionner les turbines du navire. Quelques catapultes fonctionnent grâce à des moteurs électriques linéaires.
Le décollage est parfois facilité par une rampe de « saut à ski » construite au bout de la piste (plus communément sur les porte-avions russes ou britanniques). L’angle d’élévation est généralement entre 10° et 20°. Grâce au travail coordonné de l’équipage du pont d’envol, les avions peuvent être lancés toutes les 12 à 15 secondes.

Avion qui décolle

Point critique numéro 2: l’atterrissage

L’atterrissage sur un porte-avions est une maneouvre extrêmement dangereuse, encore plus dangereuse que le décollage. Des efforts continus sont effectués pour la rendre plus sûre. La vitesse d’atterrissage des avions en approche doit être la plus basse possible, mais sans excéder une certaine limite critique. Cependant, même cette vitesse est trop élevée pour l’avion pour utiliser son propre système de freinage. Des câbles d’arrêt sont donc utilisés pour ralentir les avions de façon sûre. L’orientation est aussi un problème rencontré lors de l’atterrissage. En plus des radars, un Système d’Atterrissage Optique (une invention britannique) facilite cette manoeuvre de nuit et dans des condition météo difficiles. Bien que l’atterrissage soit bien moins compliqué pour les hélicoptères, l’organisation de l’atterrissage de nombreux hélicoptères nécessite un travail précis et coordonné de la part de l’équipage.
Les ponts d’envol sont généralement conçu pour permettre le décollage et l’atterrissage simultané de nombreux avions

Atterrissage d'un avion

Animation

  • tour de contrôle
  • localisateur
  • radar
  • catapulte
  • piste
  • grue
  • pont hangar
  • mitrailleuse anti-aérienne
  • instruments de télécommunications
  • canots de sauvetage
  • pont du coffre
  • avion de chasse Harrier
  • hélicoptère militaire Cobra
  • hélice

Narration

Les premiers porte-avions sont apparus durant la Première Guerre Mondiale. Ces navires ne transportaient que des hydravions, qui étaient déposés sur l’eau par des grues. Les porte-avions modernes ont évolué à partir de ceux ci, et, lors de la Seconde Guerre Mondiale, ils étaient devenus les maîtres des océans. Ces porte-avions étaient capables de lancer des avions à trains d’atterrissage. Les porte-avions modernes sont généralement désignés comme « forteresses flottantes » ou « villes flottantes ». Avec leur équipage de 5000 à 6000 membres, c’est certainement exact.

La conception du navire sert deux objectifs de base: assurer la stabilité et fournir un pont suffisamment long aux avions pour pouvoir décoller et atterrir. La superstructure d’un porte-avions s’appelle la tour de contrôle. Le sommet de celle ci est flanquée de radars, d’antennes, et autres instruments de communication et de navigation. En dessous de ceux-ci, on retrouve le Centre de contrôle de vol primaire, le centre de commande du navire.

Le pont du bateau représente le niveau principal. Il fait généralement entre 200 et 300m de long, et entre 70 et 80m de large. En dessous, on retrouve le pont hangar principal, où les avions et autres équipements militaires sont stockés. Le niveau du dessous est occupé par le centre de direction du combat. Les salles des machines et de stockages sont situées encore en dessous. Il y a de nombreux ascenseurs pour les avions, les armes, les marchandises et l’équipage. La cuisine, ou coquerie, la salle à manger et les quartiers de repos sont aussi des parties importantes d’un porte-avions. Les ponts hangar sont séparés par des cloisons amovibles pour empêcher l’étendue des incendies potentiels. Les armements d’un porte avion sont installés sur le pont du haut ou imbriqués dans la coque. Les canots de sauvetage y sont aussi stockés.

L’USS Tarawa, nommé d’après un atoll du Pacifique qui fut le théâtre d’une bataille lors de la Seconde Guerre Mondiale, fut commandé en 1976 par la marine américaine. Il mesurait 250m de long et 32m de large. Le porte avions fonctionnait grâce à un équipage de plus de 2000 membres. Sa quantité impressionnante de diverses armes était complétée par 35 hélicoptères et 8 avions de chasse Harrier. Le navire fut retiré en 2009, mais son nom est préservé par une classe de navires d’assaut amphibiens.

Extras similaires

Marine Américain (début du XXIème siècle)

La marine américaine est une branche importante de l'armée des Etats Unis, et est composée de 200.000 membres spécialement entraînés.

AH–64 Apache (Etats-Unis, 1975)

L'hélicoptère de combat Apache, nommé d'après le nom d'une tribus d'Indiens d'Amérique, fut développé pour l'armée des Etats-Unis.

Cuirassé (HMS Dreadnought, 1906)

Le HMS Dreadnought révolutionna la construction de cuirassés au XXème siècle.

F-16 „Fighting Falcon” (USA, 1978)

Le F-16 est l’avion le mieux réussi dans sa catégorie d’avion de chasse-bombardier.

Le pétrolier

Les pétroliers sont apparus à la fin du XIXe siècle ; ils font aujourd'hui partie des plus gros navires.

USS Missouri (Etats-Unis, 1944)

Le cuirassé USS Missouri, d'abord déployé pendant la Seconde Guerre Mondiale fut aussi déployé pendant la Guerre du Golfe.

Vought F4U Corsair (Etats-Unis, 1944)

L'avion de chasse à moteur en étoile Vought F4U Corsair était un des avions américains les plus importants de la Seconde Guerre Mondiale.

Mitsubishi A6M Zero (Japon, 1940)

Le Mitsubishi A6M Japonais, plus connu sous le nom de "Zero" par les Alliés, était un avion légendaire de la Seconde Guerre Mondiale.

USS Ohio (États-Unis, 1979)

La propulsion nucléaire fut utilisée pour la première fois par les Etats-Unis au milieu du XXème siècle pour faire fonctionner les sous-marins.

Aéroglisseur, mark III SR N4

Les aéroglisseurs sont capables de se déplacer à grande vitesse à la surface de l'eau.

La birème (bateau de guerre à rames de l’antiquité)

Une birème est un ancien type de bateau de guerre, avec un arc pointu caractéristique et deux ponts de rameurs, utilisé par de nombreuses armées.

Le bateau à vapeur (1846)

Le premier bateau à vapeur de Hongrie est entré en service en 1846.

Le Titanic (1912)

Le RMS Titanic était le plus grand paquebot de passagers au début du XXe siècle.

North River Steamboat (Clermont) (1807)

L'ingénieur Américain Robert Fulton créa le premier bateau à vapeur opérationnel.

Porte-conteneurs

Les routes commerciales maritimes de porte-conteneurs qui sont apparues et étendues après la Seconde Guerre mondiale forment un réseau global.

Quinquérème (IIIe siècle avant JC)

Le navire de guerre aux nombreuses rangées de rameurs était le navire de guerre typique de la période hellénistique.

RMS Queen Mary 2 (2003)

Le plus grand paquebot au moment de sa construction.

Added to your cart.