L’oeil humain

L’oeil humain

L'oeil est un de nos organes sensoriels les plus importants. Lorsqu'il est stimulé par de la lumière, ses récepteurs produisent des impulsions électriques.

Biologie

Mots clés

œil, vue, perception des couleurs, perception, perception de la lumière, système sensoriel, acuité visuelle, problème de vue, lumière, pupille, iris, sclérotique, lentille, glande lacrymale, chambre antérieure, chambre vitrée, paupière, rétine, choroïde, macula lutea, scotome, muscle ciliaire, nerf optique, bâtonnets, cellules cône, organe de la vue, champ visuel, récepteur, couleur, chiasme, réflexe, réflexe pupillaire à la lumière, humain, anatomie, biologie

Extras similaires

Scènes

Le mécanisme de la vue

  • pupille - La pupille est l'ouverture de l'oeil et l'iris joue le rôle de volet qui contrôle la quantité de lumière qui peut atteindre la rétine. Lorsque la lumière ambiante est élevée la pupille se contracte grâce au muscle lisse de l'iris alors que lorsque la lumière est faible, elle se dilate. Le réflexe de la pupille par rapport à la lumière est un réflexe non conditionné, son centre est situé dans le tronc cérébral. Une opération anormale du réflexe de la pupille indique un dysfonctionnement du tronc cérébral.
  • centre optique - Le centre est situé dans le cortex du lobe occipital.
  • nerf optique - Egalement connu sous le nom de nerf crânien II. Il transmet les impulsions produites par les récepteurs depuis la rétine vers le cerveau.
  • chiasme optique - C'est la partie du cerveau que le nerf optique traverse en partie. Les impulsions provenant des côtés intérieurs (nasaux) de chaque rétine traversent jusqu'au côté opposé du cerveau. Les impulsions provenant du côté externe (temporel), quand à elles, restent du même côté.
  • muscles extra-oculaires - Ce sont des muscles striés qui font bouger les globes oculaires.
  • glande lacrymale - Elle produit des larmes, qui servent à humidifier et à nettoyer les yeux. Elle joue un rôle important lors de certaines réactions émotionnelles.

Vue en coupe

  • iris - C'est la continuation de la choroïde. Son muscle lisse assure l'adaptation aux changements de luminosité: lorsque la luminosité est forte, la pupille se contracte, alors que lorsque la luminosité est faible, elle se dilate. L'iris contient des pigments qui donnent aux yeux humains leurs différentes couleurs individuelles.
  • pupille - La pupille est l'ouverture de l'oeil et l'iris joue le rôle de volet qui contrôle la quantité de lumière qui peut atteindre la rétine. Lorsque la lumière ambiante est élevée la pupille se contracte grâce au muscle lisse de l'iris alors que lorsque la lumière est faible, elle se dilate. Le réflexe de la pupille par rapport à la lumière est un réflexe non conditionné, son centre est situé dans le tronc cérébral. Une opération anormale du réflexe de la pupille indique un dysfonctionnement du tronc cérébral.
  • lentille - C'est une lentille convexe avec différentes distances focales. Sa flexibilité lui permet de devenir plus courbée lorsqu'on regarde un objet proche. Elle peut être aplatie par les Ligaments du cristallin. Cela assure une image précise et nette sur la rétine. Lorsque nous vieillissons, la lentille perd de sa flexibilité et il devient alors difficile de regarder des objets proches (car la lentille doit dans ces cas là plus se courber). Cela s'appelle la presbytie. La cataracte est une sorte de nuage grisâtre qui se développe dans la lentille, ce qui la rend opaque et peut engendré un aveuglement.
  • ligaments du cristallin - Ils tiennent la rétine et suivent les mouvements des muscles ciliaires. Lorsque nous regardons un objet proche, les muscles ciliaires se contractent, les ligaments deviennent donc détendus et la lentille plus courbée. Lorsque nous regardons un objet distant, les muscles ciliaires se relâchent les ligaments se tendent et aplatissent la lentille.
  • corps ciliaire - C'est la continuation de la choroïde. Ses muscles lisses (muscles ciliaires) assurent l'adaptation de l'oeil à la distance de l'objet regardé. Lorsque nous regardons un objet proche, les muscles ciliaires se contractent, les ligaments deviennent donc détendus et la lentille plus courbée. Lorsque nous regardons un objet distant, les muscles ciliaires se relâchent les ligaments se tendent et aplatissent la lentille. Cela signifie que les muscles du corps ciliaire travaillent lorsque nous regardons des objets proches, et cela entraîne une fatigue oculaire. Regarder par intermittence un objet distant aide les muscles à se relâcher.
  • cornée - C'est la continuation du sclérotique. C'est une couche transparente où la lumière qui pénètre dans l'oeil est réfractée par l'angle le plus grand.
  • chambre antérieure - Elle contient l'humeur. Lors qu'il y a trop de ce liquide, de l'hypertension oculaire peut se produire, ce qui cause un glaucome. Quant à celui-ci, il peut engendrer une cécité tout comme l'hypertension peut détruire la rétine.
  • chambre vitrée - C'est une chambre remplie d'un gel transparent nommé l'humeur vitrée. La lumière atteint la rétine via cette chambre.
  • macula lutea (ou tache jaune) - L'aire de la rétine responsable de la netteté visuelle. L'image miniature inversée se forme ici. Au centre de la macula il n'y a que des cellules cônes, vers ses bords les cellules bâtonnets prédominent.
  • tache aveugle (scotome) - C'est l'endroit où le nerf optique passe à travers la rétine. Parce qu'il n'y a pas de cellules réceptrices à cet endroit (ni des cellules cône, ni des bâtonnets), une petite partie de l'image est manquante. Le cerveau «remplit» ce trou de façon à nous permettre de percevoir une image complète.
  • sclérotique - C'est une couche très durable, sa continuation sur le devant de l'oeil consiste en la cornée.
  • choroïde - C'est une couche qui contient les vaisseaux sanguins qui alimentent l'oeil. Sa continuation sur le devant de l'oeil sont le corps ciliaire et l'iris.
  • rétine - Elle contient les récepteurs nommés cônes et bâtonnets. L'aire de la rétine responsable de la netteté visuelle est appelée la macula lutea. La tache aveugle est l'endroit où le nerf optique passe à travers la rétine, ce point ne contient ni cônes ni bâtonnets.
  • nerf optique - Egalement connu sous le nom de nerf crânien II. Il transmet les impulsions produites par les récepteurs depuis la rétine vers le cerveau.

Rétine

  • cellules cônes - Elles contiennent trois types de pigments sensibles à la lumière, ce qui les rend sensibles au rouge, au vert ou au bleu. Leur seuil de stimulation est plus élevé que celui des bâtonnets, c'est pourquoi nous percevons les couleurs de façon moins vive lors du coucher du soleil. L'aire centrale de la macula contient seulement des cellules cône, et vers ses bords les bâtonnets deviennent prédominants sur les cônes.
  • bâtonnet - Ces cellules ne peuvent pas faire de différence entre les couleurs, car elles sont stimulées par la lumière de toutes fréquences. Leur seuil de stimulation est beaucoup plus bas que celui des cellules cônes: les bâtonnets sont sensibles au moindre photon. C'est pourquoi ils sont également actifs lorsqu'il n'y a pas suffisamment de lumière pour les cônes. L'aire centrale du macula ne contient pas de bâtonnets, ils sont concentrés sur ses bords.
  • cellule bipolaire - Elle transmettent les impulsions des récepteurs aux cellules ganglions.
  • cellule ganglion - Elle est stimulée par les cellules bipolaires, son axone parcourt le nerf optique.

Récepteurs

  • cellule cône sensible à la lumière verte - Elles contiennent trois types de pigments sensibles à la lumière, ce qui les rend sensibles au rouge, au vert ou au bleu. Leur seuil de stimulation est plus élevé que celui des bâtonnets, c'est pourquoi nous percevons les couleurs de façon moins vive lors du coucher du soleil. L'aire centrale de la macula contient seulement des cellules cône, et vers ses bords les bâtonnets deviennent prédominants sur les cônes.
  • bâtonnet - Ces cellules ne peuvent pas faire de différence entre les couleurs, car elles sont stimulées par la lumière de toutes fréquences. Leur seuil de stimulation est beaucoup plus bas que celui des cellules cônes: les bâtonnets sont sensibles au moindre photon. C'est pourquoi ils sont également actifs lorsqu'il n'y a pas suffisamment de lumière pour les cônes. L'aire centrale du macula ne contient pas de bâtonnets, ils sont concentrés sur ses bords.
  • disque membrane - Ils sont recouverts d'une grande quantité de rhodopsine, qui consiste en une protéine appelée «opsine» et un dérivé photosensitif de la vitamine A appelé «rétinal». La lumière engendre la transformation du cis-rétinal en trans-rétinal, ce qui démarre un processus de transmission du signal dans la cellule. La cellule devient hyper-polarisée, ce qui résulte en une libération d'une quantité temporairement affaiblie de neurotransmetteurs (glutamate).
  • invagination - Elles sont recouvertes d'une grande quantité de iodopsine, qui est similaire à la rhodopsine que l'on trouve dans les bâtonnets.C'est seulement en tant que composé protéine qu'elles différent - elle existe en trois versons chacune ayant des différents composés protéines sensibles à la lumière verte, rouge ou bleue. La rhodopsine et l'iodopsine sont aussi composées d'un dérivé photosensitif de la vitamine A appelé «rétinal». La lumière est responsable de la transformation du transrétinal en rétinal ce qui démarre un processus de transmission de signal dans la cellule. La cellule devient hyperpolarisée, ce qui résulte en une libération d'une quantité de neurotransmetteurs temporairement affaiblie (glutamate).
  • mitochondrie - Elle est responsable de l'approvisionnement en énergie des cellules. Elle produit de l'ATP.
  • nucléus - Il contient le matériel génétique de la cellule, qui contrôle les processus métaboliques de la cellule.
  • vésicules synaptiques - Elle contiennent les neurotransmetteurs dénommés glutamates, qui bloquent les cellules bipolaires. Dans l'obscurité, le glutamate est continuellement libéré. La lumière force le récepteur à hyperpolariser et à liberer moins de glutamate. Par conséquent, la cellule bipolaire est débloquée et elle produit une impulsion.

Animation

  • centre optique - Le centre est situé dans le cortex du lobe occipital.
  • nerf optique - Egalement connu sous le nom de nerf crânien II. Il transmet les impulsions produites par les récepteurs depuis la rétine vers le cerveau.
  • chiasme optique - C'est la partie du cerveau que le nerf optique traverse en partie. Les impulsions provenant des côtés intérieurs (nasaux) de chaque rétine traversent jusqu'au côté opposé du cerveau. Les impulsions provenant du côté externe (temporel), quand à elles, restent du même côté.
  • muscles extra-oculaires - Ce sont des muscles striés qui font bouger les globes oculaires.
  • iris - C'est la continuation de la choroïde. Son muscle lisse assure l'adaptation aux changements de luminosité: lorsque la luminosité est forte, la pupille se contracte, alors que lorsque la luminosité est faible, elle se dilate. L'iris contient des pigments qui donnent aux yeux humains leurs différentes couleurs individuelles.
  • pupille - La pupille est l'ouverture de l'oeil et l'iris joue le rôle de volet qui contrôle la quantité de lumière qui peut atteindre la rétine. Lorsque la lumière ambiante est élevée la pupille se contracte grâce au muscle lisse de l'iris alors que lorsque la lumière est faible, elle se dilate. Le réflexe de la pupille par rapport à la lumière est un réflexe non conditionné, son centre est situé dans le tronc cérébral. Une opération anormale du réflexe de la pupille indique un dysfonctionnement du tronc cérébral.
  • lentille - C'est une lentille convexe avec différentes distances focales. Sa flexibilité lui permet de devenir plus courbée lorsqu'on regarde un objet proche. Elle peut être aplatie par les Ligaments du cristallin. Cela assure une image précise et nette sur la rétine. Lorsque nous vieillissons, la lentille perd de sa flexibilité et il devient alors difficile de regarder des objets proches (car la lentille doit dans ces cas là plus se courber). Cela s'appelle la presbytie. La cataracte est une sorte de nuage grisâtre qui se développe dans la lentille, ce qui la rend opaque et peut engendré un aveuglement.
  • ligaments du cristallin - Ils tiennent la rétine et suivent les mouvements des muscles ciliaires. Lorsque nous regardons un objet proche, les muscles ciliaires se contractent, les ligaments deviennent donc détendus et la lentille plus courbée. Lorsque nous regardons un objet distant, les muscles ciliaires se relâchent les ligaments se tendent et aplatissent la lentille.
  • corps ciliaire - C'est la continuation de la choroïde. Ses muscles lisses (muscles ciliaires) assurent l'adaptation de l'oeil à la distance de l'objet regardé. Lorsque nous regardons un objet proche, les muscles ciliaires se contractent, les ligaments deviennent donc détendus et la lentille plus courbée. Lorsque nous regardons un objet distant, les muscles ciliaires se relâchent les ligaments se tendent et aplatissent la lentille. Cela signifie que les muscles du corps ciliaire travaillent lorsque nous regardons des objets proches, et cela entraîne une fatigue oculaire. Regarder par intermittence un objet distant aide les muscles à se relâcher.
  • cornée - C'est la continuation du sclérotique. C'est une couche transparente où la lumière qui pénètre dans l'oeil est réfractée par l'angle le plus grand.
  • chambre antérieure - Elle contient l'humeur. Lors qu'il y a trop de ce liquide, de l'hypertension oculaire peut se produire, ce qui cause un glaucome. Quant à celui-ci, il peut engendrer une cécité tout comme l'hypertension peut détruire la rétine.
  • chambre vitrée - C'est une chambre remplie d'un gel transparent nommé l'humeur vitrée. La lumière atteint la rétine via cette chambre.
  • macula lutea (ou tache jaune) - L'aire de la rétine responsable de la netteté visuelle. L'image miniature inversée se forme ici. Au centre de la macula il n'y a que des cellules cônes, vers ses bords les cellules bâtonnets prédominent.
  • tache aveugle (scotome) - C'est l'endroit où le nerf optique passe à travers la rétine. Parce qu'il n'y a pas de cellules réceptrices à cet endroit (ni des cellules cône, ni des bâtonnets), une petite partie de l'image est manquante. Le cerveau «remplit» ce trou de façon à nous permettre de percevoir une image complète.
  • sclérotique - C'est une couche très durable, sa continuation sur le devant de l'oeil consiste en la cornée.
  • choroïde - C'est une couche qui contient les vaisseaux sanguins qui alimentent l'oeil. Sa continuation sur le devant de l'oeil sont le corps ciliaire et l'iris.
  • rétine - Elle contient les récepteurs nommés cônes et bâtonnets. L'aire de la rétine responsable de la netteté visuelle est appelée la macula lutea. La tache aveugle est l'endroit où le nerf optique passe à travers la rétine, ce point ne contient ni cônes ni bâtonnets.
  • nerf optique - Egalement connu sous le nom de nerf crânien II. Il transmet les impulsions produites par les récepteurs depuis la rétine vers le cerveau.
  • cellules cônes - Elles contiennent trois types de pigments sensibles à la lumière, ce qui les rend sensibles au rouge, au vert ou au bleu. Leur seuil de stimulation est plus élevé que celui des bâtonnets, c'est pourquoi nous percevons les couleurs de façon moins vive lors du coucher du soleil. L'aire centrale de la macula contient seulement des cellules cône, et vers ses bords les bâtonnets deviennent prédominants sur les cônes.
  • bâtonnet - Ces cellules ne peuvent pas faire de différence entre les couleurs, car elles sont stimulées par la lumière de toutes fréquences. Leur seuil de stimulation est beaucoup plus bas que celui des cellules cônes: les bâtonnets sont sensibles au moindre photon. C'est pourquoi ils sont également actifs lorsqu'il n'y a pas suffisamment de lumière pour les cônes. L'aire centrale du macula ne contient pas de bâtonnets, ils sont concentrés sur ses bords.
  • cellule bipolaire - Elle transmettent les impulsions des récepteurs aux cellules ganglions.
  • cellule ganglion - Elle est stimulée par les cellules bipolaires, son axone parcourt le nerf optique.
  • cellule cône sensible à la lumière verte - Elles contiennent trois types de pigments sensibles à la lumière, ce qui les rend sensibles au rouge, au vert ou au bleu. Leur seuil de stimulation est plus élevé que celui des bâtonnets, c'est pourquoi nous percevons les couleurs de façon moins vive lors du coucher du soleil. L'aire centrale de la macula contient seulement des cellules cône, et vers ses bords les bâtonnets deviennent prédominants sur les cônes.
  • bâtonnet - Ces cellules ne peuvent pas faire de différence entre les couleurs, car elles sont stimulées par la lumière de toutes fréquences. Leur seuil de stimulation est beaucoup plus bas que celui des cellules cônes: les bâtonnets sont sensibles au moindre photon. C'est pourquoi ils sont également actifs lorsqu'il n'y a pas suffisamment de lumière pour les cônes. L'aire centrale du macula ne contient pas de bâtonnets, ils sont concentrés sur ses bords.
  • vésicules synaptiques - Elle contiennent les neurotransmetteurs dénommés glutamates, qui bloquent les cellules bipolaires. Dans l'obscurité, le glutamate est continuellement libéré. La lumière force le récepteur à hyperpolariser et à liberer moins de glutamate. Par conséquent, la cellule bipolaire est débloquée et elle produit une impulsion.

Les yeux

  • paupière - Recouvert d'une peau mince de l'extérieur, l'intérieur recouvert de plis formulation sous-conjonctivale. Leur rôle est de protéger les yeux, garder au chaud et humide.

Narration

La lumière visible est une radiation électromagnétique dont la fréquence est comprise entre environ 380 et 800 nanomètres. La lumière ayant une fréquence de 380nm est perçue comme du violet, alors que la lumière de 800nm est vue comme rouge. La lumière est perçue par les yeux. Dans les yeux, les impulsions engendrées par la lumière sont transmises au cerveau par le nerf optique, également appelé le nerf crânien II. Les nerfs optiques sont partiellement croisés dans le chiasme optique, par conséquent les images situées sur les côtés intérieurs de la rétine se retrouvent dans l'hémisphère opposé du cerveau. Les images externes par contre, restent du même côté. Les fibres du nerf optique se dirigent vers le centre visuel situé dans le lobe occipital via le conduit optique. Les impulsions provenant des côtés intérieurs de chaque rétine se croisent vers le côté opposé du cerveau. Les impulsions provenant des côtés extérieurs par contre, restent du même côté. Après être entrées dans le cerveau, les fibres du nerf optique se dirigent vers le cortex visuel qui se trouve dans le lobe occipital, et cela va dans le conduit optique. La sensation de lumière se forme dans le cortex cérébral.

La quantité de lumière qui entre dans les yeux est régulée par le réflexe de la pupille. Lorsque la lumière ambiante est élevée la pupille se contracte grâce au muscle lisse de l'iris alors que lorsque la lumière est faible, elle se dilate. Le réflexe pupillaire de la lumière est un réflexe qui n'est pas conditionné, son centre est situé dans le tronc cérébral. Un fonctionnement anormal de ce réflexe est donc un symptôme d'une lésion du tronc cérébral. Les globes oculaires bougent grâce aux muscles extra-oculaires, ce sont des muscles striés volontairement contrôlés.

La masse principale de l'œil est due à la lentille. La vue en coupe de l'œil nous permet de voir trois couches.

La couche la plus extérieure est la sclérotique, une couche très durable de tissu connectif qui se prolonge dans la cornée transparente. C'est là que la lumière entrant dans l'œil est réfractée par l'angle le plus grand.

La seconde couche est la choroïde, qui contient les vaisseaux sanguins qui irriguent l'œil. Elle se prolonge sur le devant de l'œil avec le corps ciliaire et l'iris.

Les muscles lisses de l'iris sont responsables du réflexe de la pupille. L'iris contient les pigments qui donnent aux yeux humains leur couleur. Les muscles lisses du corps ciliaire assurent l'adaptation de la lentille de l'œil aux différentes distances auxquelles se trouvent les différents objets regardés, par le biais du changement de courbature. La lentille est reliée au corps ciliaire par les ligaments. Le corps ciliaire est aussi responsable de la production de l'humeur aqueuse, le liquide qui remplit la chambre postérieure. Si le drainage de l'humeur aqueuse est insuffisant, la pression intérieure à l'œil augmente, ce qui engendre un glaucome. Dans les cas les plus graves il peut même engendrer une cécité. La couche la plus intérieure est la rétine. C'est là que se forme l'image miniature inversée de l'objet regardé ; elle est crée par la lentille. Ses récepteurs sont dénommés les bâtonnets et les cellules cônes. La partie de la rétine responsable de la précision de la vision se nomme la macula lutea : en son centre, il n'y a que des cellules cônes, alors qu'autour des bords il y a plus de bâtonnets. Le point aveugle est l'endroit où le nerf optique traverse la rétine. Il n'y a pas de cellules réceptrices à cet endroit. Les impulsions produites par les récepteurs dans la rétine sont transmises au cerveau par les fibres du nerf optique.

Les récepteurs de la rétine s'appellent les bâtonnets et les cellules cônes. Ils transmettent des impulsions aux cellules bipolaires, qui stimulent des cellules ganglions. Les axions des cellules ganglions parcourent le nerf optique. Le pigment sensible à la lumière qui se trouve dans les bâtonnets et la rhodopsine, qui consiste en une protéine appelée opsine et d'un dérivé de la vitamine A nommé rétinal. La rhodopsine est sensible à la lumière de n'importe quelle longueur d'onde, c'est la raison pour laquelle les bâtonnets ne peuvent faire de différence entre les couleurs. Le seuil de stimulation des bâtonnets est faible, un simple photon suffit à les stimuler, c'est pourquoi ils fonctionnent aussi par des lumières très faibles. Les trois différents types de cellules cônes sont sensibles à la lumière bleue, rouge, ou verte. Leur pigment photosensible est l'iodopsine, qui est similaire à la rhodopsine mais qui contient une protéine différente. Le seuil de stimulation des cellules cônes est plus élevé que celui des bâtonnets, c'est pourquoi ils ne sont pas actifs par des lumières faibles. C'est à cause de cela que nous perdons la capacité de distinguer les couleurs dans la pénombre. Nous pouvons voir les étoiles faibles de meilleure façon en utilisant notre vision périphérique, parce qu'ainsi, leurs images ne se forment pas sur la macula, mais sur des parties plus denses en bâtonnets. Le daltonisme est une maladie qui signifie qu'un type de cellule cône est manquant ou dysfonctionnant. Le daltonisme le plus répandu concerne les couleurs rouge-vert, c'est-à-dire la difficulté pour distinguer le vert du rouge et inversement. Lorsque les trois types de cônes sont en dysfonctionnement, le daltonisme est total.

Dans l'obscurité, les cônes et les bâtonnets libèrent sans arrêt un neurotransmetteur nommé glutamate, qui bloque les cellules bipolaires. La lumière engendre une hyperpolarisation des récepteurs, ce qui signifie qu'une impulsion électrique est produite. Cela arrête la production de glutamate, par conséquent les cellules bipolaires sont débloquées et elles produisent des potentiels d'action.

Extras similaires

Correction de la vision

Les lentilles concaves et convexes servent à corriger les problèmes de vue de près et de loin.

Le mécanisme de la vue

La courbure de la lentille de l´oeil change selon que nous regardons un objet proche ou lointain, de façon a assurer une image nette.

Comment ça marche? - L'appareil photo numérique

Cette animation explique la structure et le fonctionnement des appareils photos numériques.

Daltonisme

L'incompétence à différentier certains tons de couleur est appelée le daltonisme.

Infection de l’oreille moyenne: l’otite moyenne

Cette animation explique les symptômes et le traitement de l'otite moyenne séreuse.

Le corps humain (masculin)

Cette animation présente les systèmes les plus importants du corps humain.

Le corps humain expliqué aux enfants

Cette scène résume les principaux organes du corps humain

Le mécanisme de réception du goût

Les récepteurs de goût convertissent des stimuli chimiques en signaux électriques

Le nez et le mécanisme de l’odorat

Les récepteurs olfactifs produisent des signaux électriques lorsqu'ils sont stimulés par des odeurs.

Le sens de l’équilibre

La position et le mouvement de la tête sont perçus par l'oreille interne.

Les oreilles, le mécanisme de l'ouïe

Les oreilles convertissent les vibrations de l'air en signaux électriques, qui sont ensuite traités par le cerveau.

Les organes sensoriels

Ce sont les organes qui détectent des signaux dans l'environnement ou dans le corps et les transmettent au cerveau comme influx nerveux.

Les télescopes

Cette animation montre les télescopes optiques et les radiotélescopes utilisés pour l'observation astronomique.

La diversité des organes détecteurs de la lumière

Durant l'évolution, de nombreux types d'yeux de formes variées se développèrent, de manière indépendante entre eux.

La réflexion et la réfraction de la lumière

Un rayon lumineux est réfléchi ou réfracté à la limite entre deux substances dont les indices de réfraction différent.

Les instruments optiques

Divers instruments optiques sont utilisés, du microscope au télescope.

Added to your cart.