L'Alhambra au 16e siècle (Espagne)

L'Alhambra au 16e siècle (Espagne)

Le nom de cet ensemble palatial magnifique est d'origine arabe et signifie « la rouge ».

Arts visuels

Mots clés

Alhambra, Generalife, Alcazaba, Palais de Charles Quint, Grenade, Royaume d'Espagne, Espagne, Charles Quint, style mauresque, histoire, architecture arabe, 16e siècle, histoire moderne, palais, forteresse, citadelle, distribution des eaux, architecture, histoire de l'art, Reconquista, Islam, christianisme

Extras similaires

Scènes

Grenade

Suite à la prise de Grenade en 1492, quelques années après l'union de la Couronne de Castille et de la Couronne d'Aragon, par le mariage d'Isabelle Ière et de Ferdinand II (plus tard connus sous le titre de Rois Catholiques), le dernier refuge musulman dans la péninsule Ibérique disparut, marquant la fin de la présence musulmane sur le territoire connu sous le nom d'Al-Andalus pendant près de huit siècles. Jusqu'à la fin du 15e siècle, le royaume de Grenade pouvait résister à la pression chrétienne en raison de son importance commerciale, ainsi que de la défense naturelle fournie par les chaînes de montagnes dans le sud de la péninsule Ibérique et du soutien militaire du royaume musulman d'Afrique du Nord de la dynastie Wattasside. La rivalité entre les royaumes chrétiens occupant les parties nord de la péninsule, ainsi que les conflits internes du royaume de Castille permirent également au royaume de Grenade de prospérer pendant des siècles.

La capitale de l'ancien royaume, Grenade, à l'exception des plaines fertiles situées à l'ouest, est entourée de montagnes. La Sierra Nevada, chaîne de montagnes, s'étend au sud de la ville. Les plus hauts sommets de la péninsule Ibérique, dont certains dépassent 3000 mètres d'altitude, s'y trouvent.

Grenade abrite la célèbre Alhambra (signifiant « la rouge » en arabe), palais mauresque et forteresse, qui se situe sur une colline entre les rivières Darro et Genil, en face de l'Albaicín, l'un des quartiers les plus anciens de la ville. Ses murailles étaient autrefois reliées à celles de la ville, ce qui rendit l'Alhambra une citadelle imprenable au sein de la ville. Dedans se trouvent des palais, des jardins, une forteresse (l'Alcazaba) ainsi que d'autres bâtiments caractéristiques pour ce type d'ensemble palatial.

L'Alhambra servait de résidence pour les monarques ainsi que de siège de la cour du royaume nasride de Grenade. Sa beauté ne vient pas exclusivement de son style de décoration, qui représente l'apogée de l'art andalou, mais également de sa capacité à se fondre de façon harmonieuse dans le paysage autour d'elle. À ces facteurs s'ajoutent des exploits d'ingénierie exceptionnels par rapport au traitment des eaux. De nombreux jardins, fontaines, étangs et fossés fournirent de l'eau aux habitants. Ils sont toujours utilisés aujourd'hui, et contribuent également à l'atmosphère magique du lieu.

Alhambra

Le site monumental de l'Alhambra est composé de structures qui furent complétées après environ deux siècles et demi par les Nasrides, y compris également des structures précédentes et des contributions de l'ère chrétienne à partir de 1492.

De nos jours, il est difficile d'imaginer l'Alhambra sans les belles forêts abondantes environnantes. Elles n'existaient pas à l'époque, étant donné que leur existence aurait rendu impossible la défense de la grande forteresse. Les premiers arbres furent plantés le long des routes d'accès pendant le règne de Charles Quint, tandis que les autres furent plantés plus tard, au début du 19e siècle.

L'Alhambra devint résidence royale en 1238, lorsque Mohammed Ier prit le pouvoir en tant que premier monarque du royaume nasride de Grenade. Cependant, les palais les plus importants furent édifiés entre 1333 et 1391, au cours du règne de Yusuf Ier et Mohammed V. Les intérieurs luxueux du Palais de Comares (Palacio de Comares) et du Palais des Lions (Palacio de los Leones) datent du 14e siècle. Le site est de forme allongée, adapté à la forme de la colline sur laquelle il est situé. Il fait de 740 mètres de long, sa largeur varie de 40 à 180 mètres.

Tours

Les tours situées le long des murailles, dont 22 subsistent encore aujourd'hui, finirent par devenir quartiers résidentiels à partir du 14e siècle, comme elle n'étaient plus utilisées à des fins de défense.

Palais nasrides

Le Mexuar

Le Mexuar, composé de la Cour de Machuca (Patio de Machuca), de sa tour ainsi que sa galerie, est la partie la plus anciennce de l'Alhambra. Il est nommé d'après les architectes responsables pour la construction du palais de Charles Quint, Pedro Machuca et son fils, Luis. À ses côtés se situe une salle, dans laquelle le roi dispensait la justice et le conseil des ministres se réunissaient. Il fait partie des stuctures qui subiront la plupart de rénovations et modifications. Il est composé d'éléments musulmans et chrétiens également.

La Chambre Dorée (Cuarto Dorado) ainsi que l'Oratoire, orienté au sud-est vers la Mecque, méritent aussi d'être mentionnés ici.

Le Palais de Comares (Palacio de Comares)

Le Palais de Comares abrite les bâtiment officiels. Il est composé de nombreuses salles, telles que la Salle de la Barque (Sala de la Barca), la Salle des Ambassadeurs (Salón de kis Embajadores o del Trono), qui se trouvent dans la Tour de Comares (Torre de Comares) surplombant la vallée de Darro. Il est peut-être la partie la plus importante du monument, comme il servait de siège des activités politiques et diplomatiques du royaume. La grandeur et le raffinement de cette cour musulmane ne se manifestent pas exclusivement par la richesse de ses décorations, mais aussi par des compositions poétiques et des louanges à l'émir présentes sur ses murs. Le palais est accessible par la Cour des Myrtes (Patio de los Arrayanes), où attendaient probablement des invités avant d'être laissés entrer. Le nom de cette cour provient des haies bordant les deux côtés de la piscine.

La proximité des bains à la Salle des Ambassadeurs témoigne de l'importance de cet endroit. Les invités étaient sûrement des personnes importantes, qui purent s'y détendre et bénéficier d'un traitement privilégié. Les bains possédaient une salle froide, une salle tiède et une salle chaude, ainsi qu'une pièce avec des lits dans lesquels les invités purent se détendre après le bain. Il y avait également des toilettes, ainsi qu'une galerie pour les musiciens. Il était interdit que les membres des sexes opposés se retrouvent ensemble dans les bains.

Le Palais des Lions (Palacio de los Leones)

La construction de ce palais commença sous le règne de Mohammed V, et comme les autres zones du monument, il se distingue par sa beauté. Il se situe autour de la Cour des Lions (Patio de los Leones), l'un des endroits les plus caractéristiques et populaires de l'Alhambra. Lors de sa construction, de nouveaux concepts esthétiques et formels furent adoptés, tels que la création des sculptures représentant des animaux, ce qui était interdit par l'Islam.

La Cour des Lions est un espace clos, ressemblant un peu à un jardin secret, considéré par les Musulmans comme l'équivalent du Paradis. Elle abritait le sultan, dont la maison possédait des pièces réservées (mais pas exlusivement) aux femmes. C'est la raison pour laquelle il ne s'agissait pas, pour ainsi dire, de harems. La Salle des Abencérages (Sala de los Abencerrajes), où se trouvaient les chambres à coucher, est située à côté de la maison. Elle assurait un endroit idéal pour se détendre, étant donné que sa conception unique permit à l'air chaud de s'écouler à travers les parties supérieures de la chambre, alors même les températures estivales ne dépassaient jamais 22°C.

Les autres salles se situant autour de la Cour des Lions sont la Salle des Rois (Sala de los Reyes), qui doit son nom aux peintures des rois nasrides ainsi qu'aux scènes représentant des personnages musulmans et chrétiens, la Salle des Muqarnas (Sala de los Mocárabes) et la Salle des Deux Sœurs (Sala de Dos Hermanas).

Au sud-est de la Cour des Lions s'étend le Partal, où des petits espaces paysagers sont aménagés de manière échelonnée afin de les adapter aux terrains accidentés. Dans cette enceinte, la Tour des Dames (Torre de las Damas) et le lac sont les seules structures restées intactes. Les autres structures sont les ruines de ce qui comprenait autrefois la résidence de Yusuf III, une petite mosquée, des vieilles maisons, des tronçons de rues, des fontaines ainsi que des escaliers.

Alcazaba

L'Alcazaba est peut-être la partie la plus ancienne de l'ensemble du site. Elle s'étend sur la partie la plus élevée de la colline, ce qui en fait l'endroit idéal en termes de surveillance et de défense de la ville, des zones agricoles environnantes, ainsi que de l'Alhambra elle-même - en tant que partie de l'enceinte fortifiée caractéristique. Quelques-uns de ses éléments les plus anciens, selon toute vraisemblance, remontent au 11e siècle.

À partir du 13e siècle, l'Alcazaba prit sa forme actuelle, suite à la construction de plusieurs tours énormes : la Tour du Guet (Torre de la Vela) à l'ouest, et le Donjon (Torre del Homenaje), la Tour Fendue (Torre Quebrada) ainsi que la Tour d'Adarguero à l'est. La structure entière est entourée d'une route, avec un point d'entrée à la Porte des Armes (Puerta de las Armas).

Comme la principale préoccupation du roi de Grenade consistait à assurer la défense de la forteresse, la fortification de l'Alhambra commença également à cette époque-là. Des travaux furent effectués sur ses murailles, sur certaines tours ainsi que sur différentes portes afin d'assurer l'accès à l'intérieur.

Le travail comprenait certaines innovations rendant l'Alhambra presque imprenable. Énumérons quelques examples considérables de ces innovations suivantes :

• Les points d'entrée principaux s'ouvraient dans les tours au lieu des murailles. Seuls quelques assaillants feraient tout le chemin jusqu'à la fin, étant donné que le passage à l'intérieur de la tour possédait de nombreux virages, qui les contraignirent à avancer lentement, et au fur et à mesure qu'ils montaient de plus en plus haut, ils devenaient plus vulnérables aux attaques.

• La coracha était un mur faisant sailli d'un autre, conduisant à une tour à côté de la rivière. Son objectif consistait à assurer l'approvisionnement en eau aux gens à l'intérieur de la tour.

Palais de Charles Quint

L'étape finale de la transformation de l'Alhambra se déroula après la conquête du Royaume de Grenade par les Rois Catholiques le 2 janvier 1492. Suite à des réformes qui se réalisèrent en 1526 afin d'abriter Charles Quint et sa famille lors de leur séjour dans l'Alcazar de Grenade, la Cour de Lindaraja (Patio de la Lindaraja) et le Patio de la Grille (Patio de la Reja), situés à côté du Palais de Comares, prirent leur forme actuelle. La Fontaine de Charles Quint (Pilar de Carlos V), l'Église Sainte-Marie de l'Alhambra (Iglesia de Santa María) ainsi que le Couvent de Saint François (Convento de San Francisco), dans lequel les Rois Catholiques furent enterrés avant d'être transférés à leur lieu de dernier repos dans la Chapelle royale de Grenade, faisaient également partie des transformations exécutées par des architectes chrétiens au cours du 16e siècle.

Le Palais de Charles Quint (Palacio de Carlos V) en est la transformation la plus remarquable ; il devint partie de l'ensemble palatial malgré que sa construction ne soit terminée que beaucoup plus tard. Aujourd'hui, deux musées se trouvent à l'intérieur.

Charles Quint découvrit l'Alhambra en 1526, lors de sa lune de miel avec Isabelle de Portugal, et le couple royal y demeura pendant plusieurs mois. Étonné par le site magnifique, il décida d'édifier une résidence qui offrirait le plus grand confort possible de l'époque. Pedro Machuca, un admirateur de la Renaissance italienne, entreprit la tâche de sa construction, des premiers travaux débutant en 1527.
De nos jours, il est considéré comme l'un des bâtiments les plus remarquables de la Renaissance espagnole. Son patio de forme circulaire est l'un des deux seuls en Espagne, l'autre se trouvant dans le château de Bellver, une forteresse gothique du 14e siècle, localisé à Palme de Majorque.

Généralife

Le Généralife, datant probablement de la fin du 13e siècle, est une villa avec des jardins. Sa fonction initiale consistait à offrir un espace où les rois pouvaient se détendre. Séparé de l'Alhambra, il est accessible à partir du côté faisant face à la rivière Darro.

Système d'approvisionnement en eau

Animation

Narration

Le complexe palatial mauresque connu sous le nom de l'Alhambra est situé à Grenade, en Espagne, sur une colline entre les rivières Darro et Genil. Son nom signifie « la rouge » en arabe.

Cet ensemble monumental est le fruit de près de deux siècles et demi de travaux, effectués sous le règne de la dynastie nasride. Il devint résidence royale en 1238, lors de la prise du pouvoir de Mohammed Ier.
Cependant, les palais les plus importants furent édifiés entre 1333 et 1391, au cours du règne de Yusuf Ier et Mohammed V. La construction du Palais des Lions et de sa cour célèbre commença sous le règne de Mohammed V, et comme les autres zones du monument, il se distingue par sa beauté incontestable.

L'Alcazaba est peut-être la partie la plus ancienne de l'ensemble. Elle s'étend sur la partie la plus élevée de la colline, ce qui en fait l'endroit idéal en termes de surveillance et de défense de la ville, des zones agricoles environnantes ainsi que de l'Alhambra elle-même. Quelques-uns de ses éléments les plus anciens, selon toute vraisemblance, remontent au 11e siècle.

À partir du 13e siècle, l'Alcazaba prit sa forme actuelle, suite à la construction de plusieurs tours énormes.

Après la conquête du Royaume de Grenade par les Rois Catholiques le 2 janvier 1492, le dernier refuge musulman dans la péninsule Ibérique disparut, marquant la fin de la présence musulmane sur le territoire connu sous le nom d'Al-Andalus pendant près de huit siècles. L'étape finale de la transformation de l'Alhambra se déroula après cette période. Le Palais de Charles Quint (Palacio de Carlos V) est la transformation la plus remarquable, exécutée par des architectes chrétiens. De nos jours, il est considéré comme l'un des bâtiments les plus remarquables de la Renaissance espagnole. Il possède un patio de forme circulaire exceptionnel.

Le Généralife, datant probablement de la fin du 13e siècle, est un palais d'été avec des jardins. Sa fonction initiale consistait à offrir un espace où les rois musulmans pouvaient se détendre. Séparé de l'Alhambra, il est accessible à partir du côté faisant face à la rivière Darro.

L'ensemble palatial a été inclus dans la liste du Patrimoine mondial de l'UNESCO en 1984. Aujourd'hui, il constitue l'une des attractions touristiques les plus populaires d'Espagne, visitée par des millions de personnes chaque année.

Extras similaires

Les empires modernes

De nombreux empires légendaires furent construits (et détruits) pendant l'histoire.

Conquistador (16e siècle)

Les conquistadors espagnols doivent leur succès à leur armure et leurs armes à feu.

La Cité interdite (Pékin, 17e siècle)

La Cité interdite est l'un des monuments les plus magnifiques et mystérieux de la Chine impériale.

Santa Maria (15ième siècle)

La caraque de trois mâts appelée «Santa Maria» était le navire amiral des voyages de Cristophe Colomb.

La Tour de Londres (XVIe siècle)

L'histoire passionnante de ce château historique se déroule sur quasiment mille ans.

Le Fort de Nizwa (Oman, XVIIème siècle)

La tour ronde du plus grand fort de la Péninsule Arabique avait un système de défense ingénieux.

Raguse (Croatie, XVIe siècle)

Actuellement appelée Dubrovnik, cette ville croate est connue pour son architecture spectaculaire et son magnifique emplacement.

Tours et des bastions médiévaux

La structure des forteresses évolua en même temps que la technologie militaire.

Chef aztèque (15e siècle)

L'Empire aztèque était un état despotique et militariste, dirigé par le tlatoani.

Le calife arabe (VIIe siècle)

Les califes, considérés comme descendants du prophète Mahomet, étaient les chefs religieux les plus importants de la religion islamique.

Les empires médiévaux légendaires

De nombreux empires légendaires furent construits (et détruits) pendant l'histoire.

Machu Picchu (XVème siècle)

L'ancienne ville Inca, située dans l'actuel Pérou, est un Site faisant partie du Patrimoine Mondial.

Tenochtitlan (XVe siècle)

L'extraordinaire capitale légendaire de l'Empire aztèque, civilisation développée, a étonné même les conquistadors espagnols.

Added to your cart.